Oct
19

Rondeau

1994: Restitution de la place historique du Rondeau enfin envisagée.

Rondeau de carouge

Rondeau de carouge

La création de zones piétonnes à Carouge est un serpent de mer qui revient périodiquement. Déjà lors de l’aménagement du boulevard des Promenades après 1961, un premier tronçon avait été créé à la rue du Vieux-Canal. Puis, en 1984, lors de la construction du parking souterrain de l’Octroi, un nouveau tronçon était aménagé à la rue du Pont-Neuf.

Dix ans plus tard, sous l’impulsion du Conseiller d’Etat Christian Grobet, une nouvelle zone piétonne est indiquée sur le plan localisé de quartier no 28566 adopté par le Conseil d’Etat le 23 juin de la même année. Il s’agit alors de prévoir d’une part une conservation de la place historique du Rondeau de Carouge et d’autre part de planifier la construction d’un futur giratoire qui canaliserait la circulation au départ de la route de Saint-Julien et de la rue Jacques-Grosselin tout en permettant une restitution de la place historique.

11783-plan-vianaCette mesure visait alors à anticiper la forte augmentation des charges de trafic sur le goulet d’étranglement routier du Rondeau, raison pour laquelle ce schéma était intégré au PLQ Grange-Collomb. Elle visait aussi à concilier la desserte du Service public (arrêts des lignes de tram sur la place) et la vocation piétonne de cette magnifique place carougeoise qui marquait autrefois l’entrée dans notre ville. Pour mémoire, le Rondeau est le dernier des trois rondeaux conservés à ce jour, les deux autres ayant disparu ; il est inclus aujourd’hui dans le périmètre du plan de site du Vieux-Carouge.

 

 

 

2016: Menaces sur le Rondeau vers la suppression d’une zone piétonne ?

2016-plq-battelle-tambourineFait étonnant, lors de la révision actuellement soumise au préavis du Conseil municipal du plan localisé de Grange-Collomb de 1994, rebaptisé en 2016 PLQ de Battelle-Tambourine, la portion du plan couvrant le Rondeau a purement et simplement été éliminée. Ainsi le projet de raccord sur la rue Jacques-Grosselin ainsi que le maintien et la restitution de la place, tout comme l’amorce d’une zone piétonne, sont supprimés.

1982-plan-de-site

Plus étonnant encore, le Service d’Urbanisme (SURB) de Carouge et le Conseiller administratif responsable du suivi de ce dossier, M. Nicolas Walder, recommandent d’approuver ce nouveau plan. A leur avis les options de 1994 ne seraient plus d’actualité. Ceci alors que le même magistrat déposait il y a quelques mois, juste avant les élections,  des listes de signatures en faveur d’une piétonisation de tout le Vieux-Carouge !

 La réponse se trouve selon toute évidence dans le fait que le canton à travers le Département de l’Aménagement (DALE), et sous l’impulsion du Conseiller d’Etat Antonio Hodgers, pousse à urbaniser tout le plateau de Pinchat.

1994-plq-grange-collomb-extraitLe Service d’Urbanisme communal, qui devrait défendre la  valeur historique du Rondeau et son rétablissement comme espace à vocation piétonne – comme c’est le cas pour les autres places de Carouge (places du Marché et du Temple, place de Sardaigne) – reste dans le vague et laisse ainsi le champ libre aux ingénieurs du trafic qui semblent d’ores et déjà envisager de transformer cette place en futur échangeur routier.

Par ces mesures c’est donc un pan considérable du patrimoine historique de la cité carougeoise qui se trouve directement menacé, voire abandonné, sans qu’aucune disposition de planification préventive ne soit annoncée par les instances aujourd’hui responsables.  

Juin
27

PLQ Moraines

Atteinte au site historique 

2016-04 Etat foncier

Désormais mention doit être faite également de la construction fortement excessive en termes de volumétrie et d’implantation d’un groupe de trois immeubles en contrebas du chemin de Pinchat. Tout au long des procédures conduites pour les modifications du régime des zones et l’élaboration du plan de quartier, modifications qui faisaient suite à des ventes de parcelles, des procédures se sont échelonnées sur plusieurs années et d’aucuns n’ont eu de cesse de relever l’aspect délicat de constructions à cet emplacement, comme du reste sur tout le secteur formant prolongement dans le « skyline » de la colline de Pinchat. Ont suivi des pressions cantonales visant à densifier tout le secteur en zone 3D, avec des prises de positions ambiguës de la part des Autorités carougeoises lesquelles, tout en mettant en garde contre de tels excès, ont clairement baissé la garde sans oser faire usage de leur droit de recours. De même la Municipalité n’a pas produit les maquettes existantes, ni demandé la pose de gabarits installés sur place qui auraient permis à la population de juger de l’impact de telles constructions. Tout au plus les demandes émises au sein du Conseil municipal visant à ce que les nouvelles constructions ne dépassent pas la cime des arbres existant ont conduit au maintien d’un cèdre géant, ce qui ne saurait assurément constituer un facteur d’intégration et qui laisse pensif sur la volonté et les compétences des Services et édiles concernés. Inutile de dire que les appartements en PPE situés dans ce site privilégié et soumis au contrôle financier de l’Etat se sont arrachés auprès de certaines personnes bien informées, ce qui contribue à alimenter les rumeurs.

2016-02-17 Carouge (132)

On observera également le fait que,dans l’Inventaire fédéral des sites construits adopté par une Ordonnance fédérale (OISOS, no 451.12), cet emplacement aujourd’hui construit figure comme un site sensible où tout projet doit prendre en compte la barrière verte constituée par le coteau de Pinchat. Ces constructions constituent donc une atteinte grave au site historique du Vieux-Carouge et à son environnement immédiat.

 

 

Juin
02

L’auberge communale

040 corr recadré 2

Un patrimoine qu’on efface

L’Auberge Communale était une institution appréciée par tous dont les derniers tenanciers, soit pendant de nombreuses années Monsieur Monti, ou encore plus récemment Monsieur Dosso partageaient la vie carougeoise. On allait, souvent le dimanche, dans cet établissement avec sa salle à manger caractéristique décorée par des peintures murales aux motifs historiques. Il y régnait une ambiance bon enfant, à l’image d’une Auberge traditionnelle. Réalisés par l’artiste Joseph Falquet sur des cartons de Louis Cottier, ces éléments de décor formant une série s’identifiaient au caractère d’une Auberge communale. Souvent, lors de visites guidées, les guides s’arrêtaient là pour commenter l’histoire de notre ville.

On y trouvait une toile avec le Roi Victor-Amé,  une vue de l’arbre de la liberté sur la place du Marché en 1792, une vue du passage de Napoléon à Carouge, etc.

Aujourd’hui la leçon d’histoire s’est envolée dans les étages  et les escaliers pour répondre à la demande « commerciale » du nouvel exploitant, qui sans racines locales, n’a visiblement pas saisi  la valeur de  cet ensemble. En lieu et place il a  procédé dans la salle principale du restaurant à la pose de porte-manteaux  auxquels s’adossent des sofas, ce qui en dit long sur l’intérêt porté à ces toiles retraçant la mémoire de notre cité. Les Services communaux et nos édiles ont laissé faire de façon bien incompréhensible, peut-être par ignorance ou encore par complaisance pour un nouveau style d’établissement plus commercial. Lorsque l’on sait que l’Auberge communale appartient à la Ville de Carouge qui est le bailleur du tenancier de l’établissement, on ne peut que regretter cette situation. Une situation qui confine à l’absurde lorsque l’on constate que certaines toiles se retrouvent derrière  un comptoir ou encore dans  d’étroits couloirs sans prospects.

Au vu de cette situation, on peut légitimement se demander si cette série de toiles ne devrait pas, par souci de conservation et de mise en valeur, être enlevée de l’Auberge pour être exposée regroupée dans un  bâtiment communal, tel la Maison Delafontaine.

Juin
01

Parc de la cure

2016-02-17 Carouge (119)

Suite au dépôt le 27 juin 2013 d’une requête en autorisation de construire préalable qui avait reçu l’aval de la Commission des monuments, de la nature et des sites (CMNS) et de la Ville de Carouge, notre groupement avait transmis ses observations à la direction des autorisations de construire du DALE.

Nous regrettions que le nouveau projet ne s’inscrive pas dans la continuité de l’alignement des îlots bâtis du XVIIIe siècle et que la totalité des places de parking en surface ne soient pas supprimée. Rappelons que les projets développés au XVIIIe siècle sur cette parcelle prévoyaient l’implantation d’un bâtiment à usage d’hôpital en forme de U, un large espace de parc étant conservé du côté du boulevard des Promenades.

Les réponses qui nous ont été notifiées faisaient état de la demande faite par la Commission cantonale des monuments de la nature et des sites (CMNS) de conserver le volume de la cure actuelle, ce qui aurait rendu impossible un autre parti d’implantation. Par ailleurs l’existence d’un câble d’alimentation électrique à fort voltage (130 KW) poserait problème eu égard à notre proposition de regrouper les entrées de parkings entre les deux parkings contigus, à savoir celui public de la place de Sardaigne et celui de la parcelle de la Cure catholique.

Juin
01

Bief-à-Dance

039

Après avoir formulé une opposition auprès de l’Office fédéral des transports (OFT) à Berne le 3 février 2014, notre Association a reçu le 28 mars 2014 un courrier dudit Office attirant notre attention sur le fait que nous n’aurions pas qualité pour agir au sens des dispositions fédérales et sur le fait que dès lors, juridiquement, notre opposition pourrait avoir une dimension abusive. (suite…)

Juin
01

Tramways

2016-05-23 (60)

Les travaux de remise en état des voies de trams à travers Carouge n’en finissent pas. Le rythme des convois qui pour beaucoup rejoignent en début et en fin de journée le dépôt du Bachet-de-Pesay ne faiblit point et il devrait être appelé à augmenter fortement lors de la mise en place des prolongements de lignes prévus en direction de Saint-Julien. (suite…)

Juin
01

Parcelle Similor

Similor plan de situation

Similor plan de situation

Dans le cadre de la vente des parcelles situées à l’emplacement de l’ancienne usine Similor rachetée par le groupe espagnol Rocca, deux bâtiments de l’ancien pensionnat tenu autrefois par des sœurs à la rue Joseph-Girard ont pu être racheté en 2014 par la Fondation communale du Vieux-Carouge. A relever que c’est grâce à l’adoption du plan de site du 21 juillet 1982 que ces bâtiments ont pu bénéficier d’un statut de protection.

L'ancien pensionnat

L’ancien pensionnat

Sous l’appellation “Faubourg 1227”, c’est un complexe bâti important qui est en voie d’être achevé en contrebas de la colline de Pinchat. Ces habitations seront pour la plupart des logements en PPE qui bénéficient d’un contrôle financier de l’Etat, la zone considérée étant de la zone de développement. Lors de l’attribution des différents lots concernés, seules des personnes qui n’étaient pas déjà au bénéfice d’une propriété foncière dans le canton ont pu déposer leur candidature, les lots étant ensuite tirés au sort. Cette mesure faisait suite aux abus constatés dans la Commune de Cologny, où dans l’opération de “La Tullette”, plusieurs appartements ont été acquis par quelques personnes bien informées, au demeurant proches de certains milieux politiques. Au vu de cette situation, le Grand Conseil a finalement légiféré afin d’éviter que de telles situations d’accaparement motivées par des visées uniquement lucratives ne viennent à se reproduire lorsque l’Etat est censé défendre un intérêt général.

L’un des blocs construits à la rue du Tunnel sera occupé par des LUP (logements d’utilité publique) et bénéficie d’un droit de superficie concédé par une Fondation de droit public, la FPLP.

Rue du Tunnel, bâtiment en cours de construction

Rue du Tunnel, bâtiment en construction

Rue du Tunnel (2)

On constate toutefois que ce nouveau quartier disposera de peu d’accès, étant situé dans un cul-de-sac. On peut redouter que des embouteillages viennent à se produire sur l’axe routier de la rue Joseph-Girard qui est à l’heure actuelle souvent en surcharge. Le réseau de mobilité douce qui reliera ce secteur aux hauteurs du chemin de Pinchat à travers l’autre opération immobilière qui domine d’ores et déjà de façon intempestive – pour ne pas dire malheureuse – le Rondeau devrait permettre de soulager quelque peu ces incohérences urbanistiques .

Au début du mois de février 2017, après l’achèvement du gros-oeuvre, les bâtiments de ce nouveau quartier prennent peu à peu leur aspect définitif. On constate que la recherche d’un fort indice de densification laisse peu d’espaces publics disponibles. Un passage sous un volume bâti d’un gabarit dominant les bâtiments voisins du Vieux-Carouge donne une première idée de l’aspect futur du quartier.

Mai
11

Rue du Pont Neuf N°7

Concerne : DD 108528 & 108530 7 rue du Pont-Neuf — Carouge Transformation d’un bâtiment artisanal et d’un couvert Observations ; demande de projet modifié

Madame, Monsieur,

Notre Association a pris connaissance des deux dossiers mentionnés en titre. Si nous sommes satisfaits de constater que le projet de transformation déposé s’inscrit strictement dans le gabarit des volumes actuels existants et prévoit le maintien, à titre de témoignage du patrimoine industriel, de la cheminée existante ainsi que de deux platanes, nous regrettons les points suivants :

  1. l’espace de cour caractéristique qui liait les bâtiments existants avec des accès directs en vis-à-vis est subdivisé en deux entités, avec la création sur une face d’une pelouse sans rapport direct avec le caractère artisanal actuel de cet espace extérieur ;
  2. Sous le vocable d’ «activités » sont prévus en fait des espaces de bureaux sans relation directe avec le caractère architectural et artisanal du Vieux-Carouge ; on souhaiterait à cet emplacement des activités de type artisanal, telles celles aménagées par la Commune dans la Maison des Artisans à la rue de la Filature no 22, où on trouve un tailleur de pierres, un relieur artisanal, etc.
  3. Le traitement des façades est regrettable et est d’une banalité désolante rappelant des baraquements militaires. Il ne témoigne d’aucune recherche architecturale et la couverture est en tôle de cuivre et non pas en tuiles comme exigé dans le plan de site.

Pourtant, des exemples d’aménagement d’anciennes dépendances sur cour conçues dans un esprit carougeois existent. Tel est le cas de l’arrière-cour du café du Lion d’Or à la rue Ancienne no 55 ou encore de l’essai de traitement d’une façade vitrée avec des claire-voies vis-à-vis dans la cour du 7 Pont-Neuf.

Tout en souhaitant que la CMNS et votre département puissent obtenir une modification de ce projet dans le sens de nos observations, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos meilleures salutations.

Document original:

Télécharger (PDF, 450KB)

Mai
11

Parc des Moraines

 

Plan de situation

Plan de situation

Le dépôt à la mi-janvier d’une pétition auprès du Grand Conseil et du Conseil municipal de la Ville de Carouge portant sur le projet d’une sortie de secours du CEVA aux Moraines a passablement mobilisé le Comité en ce début d’année. Ce sont finalement 327 signatures qui ont été déposées à l’appui de notre demande qui visait, rappelons-le, à évaluer en variante une sortie de secours récupérant l’ancienne cave à fromage des Moraines. (suite…)

Mai
11

Rénovation du Pont Neuf

Pont-Neuf:

Inauguré en grande pompe le samedi 13 mai, le pont de Carouge rénové mérite assurément de porter à nouveau son appellation de Pont Neuf. C’est suite à la vigoureuse intervention des Associations de sauvegarde, et en particulier du Boulet, que les Autorités des villes de Genève et de Carouge ont finalement renoncé à un élargissement de sa chaussée, ce qui l’aurait dénaturé. On attend désormais l’étude d’une passerelle pour mobilité douce à prévoir en aval.

 

Cérémonie officielle du Pont Neuf à Carouge. 13 mai 2017

 

L’accueil du public par les sauveteurs de Carouge. 13 mai 2017

Nous rappelons à nos concitoyens que l’association du Boulet a oeuvré  pour la sauvegarde des barrières en fonte Belle époque menacées de suppression lors du premier dépôt de requête en autorisation.

Voici une variantes parmi les premières propositions initiale

 

 

Premières propositions barrières en aluminium au design basique.

Barrières Empire dites aussi barrières Dufour.

 

Travaux du Pont-Neuf / été 2016

Travaux du Pont-Neuf / été 2016

En date du 5 septembre 2014, le Comité de notre association a été reçu par MM. Rémy Pagani et Nicolas Walder, Conseillers administratifs des Villes de Genève et Carouge en charge de la conduite des travaux de remise en état du Pont Neuf. (suite…)