Oct
19

Rondeau

1994: Restitution de la place historique du Rondeau enfin envisagée.

Rondeau de carouge

Rondeau de carouge

La création de zones piétonnes à Carouge est un serpent de mer qui revient périodiquement. Déjà lors de l’aménagement du boulevard des Promenades après 1961, un premier tronçon avait été créé à la rue du Vieux-Canal. Puis, en 1984, lors de la construction du parking souterrain de l’Octroi, un nouveau tronçon était aménagé à la rue du Pont-Neuf.

Dix ans plus tard, sous l’impulsion du Conseiller d’Etat Christian Grobet, une nouvelle zone piétonne est indiquée sur le plan localisé de quartier no 28566 adopté par le Conseil d’Etat le 23 juin de la même année. Il s’agit alors de prévoir d’une part une conservation de la place historique du Rondeau de Carouge et d’autre part de planifier la construction d’un futur giratoire qui canaliserait la circulation au départ de la route de Saint-Julien et de la rue Jacques-Grosselin tout en permettant une restitution de la place historique.

11783-plan-vianaCette mesure visait alors à anticiper la forte augmentation des charges de trafic sur le goulet d’étranglement routier du Rondeau, raison pour laquelle ce schéma était intégré au PLQ Grange-Collomb. Elle visait aussi à concilier la desserte du Service public (arrêts des lignes de tram sur la place) et la vocation piétonne de cette magnifique place carougeoise qui marquait autrefois l’entrée dans notre ville. Pour mémoire, le Rondeau est le dernier des trois rondeaux conservés à ce jour, les deux autres ayant disparu ; il est inclus aujourd’hui dans le périmètre du plan de site du Vieux-Carouge.

 

 

 

2016: Menaces sur le Rondeau vers la suppression d’une zone piétonne ?

2016-plq-battelle-tambourineFait étonnant, lors de la révision actuellement soumise au préavis du Conseil municipal du plan localisé de Grange-Collomb de 1994, rebaptisé en 2016 PLQ de Battelle-Tambourine, la portion du plan couvrant le Rondeau a purement et simplement été éliminée. Ainsi le projet de raccord sur la rue Jacques-Grosselin ainsi que le maintien et la restitution de la place, tout comme l’amorce d’une zone piétonne, sont supprimés.

1982-plan-de-site

Plus étonnant encore, le Service d’Urbanisme (SURB) de Carouge et le Conseiller administratif responsable du suivi de ce dossier, M. Nicolas Walder, recommandent d’approuver ce nouveau plan. A leur avis les options de 1994 ne seraient plus d’actualité. Ceci alors que le même magistrat déposait il y a quelques mois, juste avant les élections,  des listes de signatures en faveur d’une piétonisation de tout le Vieux-Carouge !

 La réponse se trouve selon toute évidence dans le fait que le canton à travers le Département de l’Aménagement (DALE), et sous l’impulsion du Conseiller d’Etat Antonio Hodgers, pousse à urbaniser tout le plateau de Pinchat.

1994-plq-grange-collomb-extraitLe Service d’Urbanisme communal, qui devrait défendre la  valeur historique du Rondeau et son rétablissement comme espace à vocation piétonne – comme c’est le cas pour les autres places de Carouge (places du Marché et du Temple, place de Sardaigne) – reste dans le vague et laisse ainsi le champ libre aux ingénieurs du trafic qui semblent d’ores et déjà envisager de transformer cette place en futur échangeur routier.

Par ces mesures c’est donc un pan considérable du patrimoine historique de la cité carougeoise qui se trouve directement menacé, voire abandonné, sans qu’aucune disposition de planification préventive ne soit annoncée par les instances aujourd’hui responsables.  

Laisser un commentaire